Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaire

Social Media : les tendances 2016 selon 4 CM normands 

Social Media : les tendances 2016 selon 4 CM normands

| Le 14, Jan 2016

Le monde du digital est sans arrêt en évolution, on a cherché à comprendre comment des acteurs influents du community management en Normandie voyaient 2016 se profiler : 

On a rencontré Laura, CM au Mémorial de Caen, Boris de l’Université, Ambroise fondateur d’ Y Communication et enfin Elise de l’Ecole de Management de Normandie, ils nous donnent des points de vue différents et réfléchissent aux grandes tendances de cette année qui débute.

Laura :

32

Community Manager du Mémorial de Caen : 

Inévitablement, Facebook reste encore LE grand acteur et moteur des réseaux sociaux en 2016 ! 

Le concurrent direct de Google, voilà comment Laura positionne Facebook en 2016. Le réseau social pourrait même se doter d’une fonction « moteur de recherche » selon elle pour davantage appuyer sa stratégie concurrentielle. Facebook est devenu un média à part entière, qui ne s’informe pas sur son mur d’actualités?

En effet, on perd facilement l’habitude de se renseigner sur les sites des journaux plus traditionnels… On se suffit des gros titres qui apparaissent sur notre fil d’actus!

Ce n’est plus « tendance » pour une marque d’être présente sur les réseaux sociaux : c’est une banalité et même une obligation qui fait partie intégrante d’une stratégie de communication.

La CM va encore plus loin en prédisant la fin des sites web d’ici quelques années… La vitesse à laquelle le tissu digital évolue pourrait laisser penser que les sites traditionnels (indispensables encore aujourd’hui) deviendront obsolètes dans quelques temps !

Honnêtement, ce n’est pas plus sympa de passer par les réseaux sociaux pour avoir des infos fraîches que via un site web fixe qui n’a pas ce caractère d’instantanéité?

DeathtoStock_Creative_Community9

Ambroise :

12291807_919244738162164_1190067917643097248_o

 

 

Fondateur d’ Y Communication, agence Social Media : 

Je pense que l’un des enjeux de 2016 sera le Hide Social, appelé aussi Dark Social. Parce que oui, quasiment 2/3 des partages sur les réseaux sociaux se font sur la messagerie privée des internautes. On achète un nouvel ordinateur, et bien on va l’envoyer à quelques amis pour avoir leurs avis et non pas le publier de manière inadaptée sur son mur! 

Bon, on va détailler un peu tout ça! Le Hide Social, vous vous en doutez, c’est la face cachée des réseaux sociaux. Ce que l’on ne voit pas, ce que certains ne voient pas du moins… Aujourd’hui, la majorité des actions qui s’opèrent en ligne relèvent du Dark Social. Alors non, on ne sait pas tout ce qu’il se passe sur Messenger, WhatsApp… Nous non, mais eux oui.

Le côté obscur !

vad

On s’explique : un copier coller via Messenger, l’envoi d’une adresse URL par mail, ou encore une photo dans la messagerie WhatsApp, c’est ça le Dark Social! Il s’agit simplement de vos échanges en privé, que seules les personnes que vous aurez choisi verront. Communicants, communicateurs, gardez à l’esprit que 70% des échanges sur le web sont réalisés en Hide Social !

Je pense que derrière ce phénomène, il y a de réelles opportunités pour les marques. Elles peuvent mesurer l’impact des conversations privées et par la suite s’adapter à d’éventuels changements. Assez simple à appréhender, cette tendance est réellement profitable! 

Voilà donc une tendance qui nous promet bien des évolutions dans nos méthodes d’analyse et de traitement de la data. On ne partage pas de la même manière en « dark » qu’avec toute sa communauté. Il est certainement nécessaire d’exploiter cette piste pour comprendre davantage les besoins de prospects, clients actuels ou prescripteurs.

 

Elise : 

logoEMcouleurgrand

 

 

CM de l’Ecole de Management de Normandie. 

Certainement influencée par l’organisation pour laquelle je travaille; je pense que deux des grandes tendances qui se dégagent pour cette année 2016 sont d’une part le rôle que vont jouer les réseaux pros, notamment LinkedIn, ainsi que l’évolution des influenceurs Social Media.

Le réseau pro, longtemps considéré comme étant optionnel, permet aujourd’hui un recrutement ciblé et économique. LinkedIn a radicalement changé la relation entre recruteurs et candidats, nous dit Elise. Concrètement : il se met au service d’une « marque employeur » pour cibler les meilleurs profils, adaptés aux postes recherchés ! Qu’espérer de mieux?

Linkedin n’est plus qu’un simple réseau social pro que l’on active pour « réseauter » ou chercher un emploi. Aujourd’hui, Linkedin est LE réseau pro par excellence.

L’importance des influenceurs web : c’est très net, le consommateur a repris le pouvoir sur les marques. On observe de plus en plus de collaborations efficaces entre marque et influenceurs. Elise pense qu’il s’agit d’une des composantes de cette année qui débute, l’ambassadeur est un média extrêmement puissant!

L’ambassadeur : le plus puissant des médias !

Ils sont des leaders d’opinion et ils sont très actifs sur le web. Ils représentent des potentiels relais d’information dans une communauté définie. L’ambassadeur va favoriser la discussion dans un climat de confiance, résultat : davantage de visibilité pour la marque.

Je pense aussi que l’on assiste à la démocratisation des « Call to Action », c’est une tendance qui permet de satisfaire des désirs immédiats et de créer le réflexe.

L’impact des boutons d’action s’amplifie sur les réseaux sociaux : Buyable pins sur Pinterest, sondages sur Twitter,  n’oublions pas que le maître en la matière reste Facebook avec ses boutons d’appel à l’action, qui permettent sur une page Fan de réserver, d’acheter…

C’est un moyen très puissant pour faire basculer le simple internaute du statut de follower à celui de client !

DeathtoStock_Desk7

 

Boris :

Co_Unicaen

 

 

Maitre de Conférences à l’Université de Caen, spécialiste marketing du sport, il mise beaucoup sur Snapchat : 

Et si 2016 était l’année de Snapchat? Snapchat revendique 100 millions d’utilisateurs et 7 milliards de vidéos quotidiennes. Obama a publié ses premiers snaps à l’occasion du discours sur l’état de l’union et l’Elysée songe aussi depuis novembre dernier à lancer son compte.

Boris pense notamment que :

Snap est aujourd’hui un puissant média, il est d’ailleurs idéal pour les « behind the scenes ».

Qu’est ce que c’est que ça? Le concept du « behind the scenes » est le fait de montrer l’inverse que ce qu’une publicité traditionnelle va vous montrer. Grâce à cette technique, vous verrez le quotidien des utilisateurs d’un produit, vous accèderez aussi aux coulisses du tournage d’une publicité…

C’est cool et ça permet de donner un réel sentiment de proximité qui va se transformer en un taux d’engagement plus important.

45

Toujours plus d’instantanéité !

Travaillant sur le domaine du sport, Boris nous dit ce qu’il pense de ce secteur en terme de social media :

Dans le domaine du sport, l’OM, le Real Madrid ou encore la NFL ont lancé dans partenariats avec Snapchat. La première story de la NFL a réalisé une audience de 15 millions et la NBA diffuse un excellent contenu pour faire vivre ses avants-matchs.

Mais au delà du spectacle sportif, sachant que l’expérience utilisateur est basée sur une plateforme non intrusive, Snapchat pourrait bien élargir sa base d’utilisateurs au delà des moins de 20 ans.

Et si 2016 était l’année où les marques institutionnelles s’y lançaient aussi? C’est donc le caractère éphémère des réseaux sociaux que Boris voit comme tendance majeure de cette année 2016 qui débute. On partage également ce point de vue chez Commeuh.

 

Et vous, vous imaginez quoi pour 2016 ? 

Laisser un commentaire